Province Tata

Province Tata

 

L’appellation ancienne – Région du SOUSS ALAQCA – lointaine, englobe le commandement de Tata qui a été créé en tant que province en 1977. Espace très vaste, traversé d’une multitude de massifs montagneux et d’oueds, relié par une constellation de palmeraies et d’oasis, son évocation, d’après notre madeleine Proustienne, fait jaillir un certain nombre d’associations spontanées, particulièrement : Espace occupé depuis longtemps par l’homme comme le montrent les sites recélant des gravures rupestres aux environs d’Akka et d’Imitek ; Un passage obligé, de par sa situation géographique, et une plaque tournante du commerce transsaharien reliant le Nord du Maroc et l’Afrique subsaharienne.

Une terre de brassage de diverses affluences civilisationnelles et culturelles, comme en témoignent les traditions ethniques berbères, africaines, arabes et juives, ce qui lui confère le statut de melting-pot incontesté et de garant de maintien des valeurs de cohabitation, d’ouverture sur autrui et de tolérance.

Le rôle joué par la région de Tata ou Bani depuis la construction, sous le règne de la dynastie Idrisside, de la ville de Tamdoult ou Akka pour prêcher les valeurs nobles et les connaissances transcendantales de l’islam et la diffusion de l’arabe, et puis l’irruption des marabouts des saints soufis dès le 16ème siècle au temps des Saadiens tels que «Sidi Mohamed ben Yaacoub», «Sidi Abdallah ben M’barek al Akkaoui» et «Sidi Mohamed Ibn Brahim Tamanarti». Autant de facettes et de contributions dans la gibecière de ce lieu qui représente un excellent exemple de ces zones qui recèlent une densité considérable en termes de ressources patrimoniales et culturelles reparties entre cimes et vallées, entre montagnes et désert comme le souligne l’ouvrage publié par le Ministère de la Culture et intitulé « de Foum Zguid à Fam el Hisn ».

Partant de ce constat partial et partiel de ce «landscape», vaste territoire, la mission des acteurs locaux s’avère rude et exige une grande synergie et d’intenses efforts pour répondre pleinement aux aspirations de la population, mais aussi en matière de développement durable qui doit aller de pair avec les impératifs écologiques, les spécificités culturelles et les besoins pressants des habitants en matière d’amélioration de leurs conditions de vie et de leur fixation.

La nouvelle intégration à la Région Souss Massa avec Agadir, dans le cadre de la régionalisation avancée, remet la Province de Tata en cohérence avec l’ensemble géographique homogène de l’Anti-Atlas occidental, en offrant tout le complément de ses particularités et potentialités.